Livres

LIVRES

SUR LES TRACES DE CÉDRIKA

À l’été 2007, un drame survient secouant tout le Québec : une fillette de neuf ans de la région de Trois-Rivières est portée disparue. L’inquiétante nouvelle de la disparition de Cédrika Provencher fait les manchettes et alimente les médias des années durant, d’autant plus que le mystère entourant l’événement reste entier. Alors que le temps avance et que l’enquête piétine, Stéphan Parent, scénariste s’intéressant particulièrement aux cas d’enlèvements d’enfants, planche sur un nouveau projet. Le documentaire qu’il prépare se veut un outil pour prendre le relais là où les forces de l’ordre ont failli, et projeter sur grand écran des renseignements et indices susceptibles d’aider à retrouver la petite. Alors qu’il est contraint d’interrompre la réalisation de son long-métrage, Stéphan Parent ne peut se résoudre à garder sous silence les informations inédites qu’il a colligées au fil de ses démarches. Ce témoignage lève le voile sur ce qui n’a jamais été révélé au grand public.

 

LE VRAI COUPABLE

Ce document raconte une enquête et une recherche de plusieurs années sur le plus grand naufrage de l’histoire du Canada en temps de paix. Avec une rigueur systématique, Jean-Pierre Fillion analyse les témoignages, les références ainsi que le rapport de la commission d’enquête, afin d’avoir une image complète de l’autre version des faits que nous connaissons depuis le naufrage de l’Empress of Ireland survenu en mai 1914.

C’est est un véritable rapport d’enquête. Jean-Pierre a fait un excellent travail de recherche et d’analyse avec toute l’objectivité nécessaire afin de se faire une meilleure idée de ce qui a pu se passer cette nuit fatidique du 29 mai 1914.

Si le brouillard finit toujours par se lever sur le Saint-Laurent, ce document le dissipera un peu plus sur cet épisode tragique de notre histoire.

LE SANG DES BRAVES

Le Sang des Braves concerne une partie peu connue de l’histoire de la Nouvelle-France. Ce livre fait le récit de la grande bataille de Long-Sault et des dernières heures du chevalier Adam Dollard des Ormeaux qui, avec seulement 16 compagnons, combattit l’envahisseur à 16 contre 300. En 1660, alors que Ville-Marie était à ses débuts, le gouverneur de cette même ville, Paul de Chomedey de Maisonneuve, est mis au courant d’une invasion iroquoise contre les fortifications de la ville, financé par l’armée anglaise. L’Angleterre a des plans précis. Se débarrasser une fois pour toutes des Français avec la volonté des iroquois, leurs principaux alliés.